les essentiels

pour tout ce qui a trait à la santé :
nous sommes très exigeants sur la qualité de nos références scientifiques :
- il faut que les études auxquelles nous faisons référence aient été publiées dans des revues scientifiques faisant partie des références de chaque catégorie, ainsi il faut les revues aient un Impact Factor de 5 ou supérieur et fasse partie des 10% meilleurs de chaque catégorie

De l'aveu même des scientifiques : peu d'études passent ces critères.

vous voulez en savoir plus sur notre méthode de sélection des études ? cliquez ici


jeudi 4 octobre 2012

Accords mets et vins

Voici une page glanée sur un site qui fait la promotion des vins bio, biodynamie, rares et souvent étonnants.

La page, en copié collé, est sur les accords mets et vins, elle sort des sentiers battus et illustre la richesse et la diversité du monde du vin.

Voici l'adresse du site, qui vend aussi en ligne et pour lequel nous avons une tendresse particulière, parce qu'il a fait le pari de faire la promotion des vins différents.
 Nous, la complexité et la diversité, on aime ça !

lien vers cette page, ici   site des Vins Etonnants


MERCREDI 3 OCTOBRE 2012

Accords mets & vins (2) : les viandes
Libellés : Accords mets et vins
Nous avons vu il y a a quelques jours les accords possibles avec les volailles. Voici ceux avec les viandes de bêtes à quat'pattes...

Le porc

                                                                                                  



Comme l'on dit : "dans le cochon, tout est bon". Si l'on part sur une approche gastronomique de la bête, il y a un morceau incontournable : le filet mignon.Si vous le faites à basse température, il vaudra largement beaucoup d'autres viandes plus onéreuses (veau en particulier). Cette viande étant tendrissime et plutôt discrète en goût, elle peut aller aussi bien avec un vin blanc qu'avec un vin rouge.

On rejoint donc plus ou moins les conseils concernant le chapon ou la dinde.

* Accommodé avec des morilles et un peu de crème —> vin blanc, plutôt gras, avec de la fraîcheur, légèrement boisé , qu'il vienne de Bourgogne (Meursault de Lafarge), du Jura (La Mailloche de Tissot), de Loire (Litus d'Eric Morgat), du Sud-Ouest (Coucou Blanc d'Elian Da Ros)...

* en sucré-salé, avec un accompagnement exotique -> vin blanc, ample, riche, avec une belle fraîcheur, et des arômes très fruits  mûrs et exotiques, avec éventuellement un peu de sucre résiduel. Plein de région possible : Loire (Anjou Les Glanées de Patrick Baudouin), Languedoc (Roussanne de Supply-Royer ou Alliance de Malavieille ... vinifié par la même personne !), Savoie (Chignin Bergeron  de Berlioz), Sud-Ouest (Jurançon Cuvée Julie de Thou), etc..

* avec une sauce "vigneronne" et des cèpes —> vin rouge, aux tannins très fins, quasi imperceptibles, pétant pas trop le fruit : bourgognes arachnéens (comme ceux de Naudin-Ferrand), beaujolais avec un peu de bouteille, certains vieux Bordeaux, ou un vieil Arbois de Camille Loye ;o)

Le porc, c'est également divin en enchaud (confit à la graisse et un peu d'ail). Dans ce cas-là, nous retrouvons les mêmes accords qu'avec le confit de canard : Cahors (la Roque du Mas del Périé, l'Originel), Bergerac (Sens du fruit du Jonc Blanc), un Champ d'Orphée, Ou bien sûr un Madiran pas trop tannique (Cuvée du Couvent de Capmartin).

Veau
                                                                    







Conseils identiques, cette viande étant encore plus tendre et plus discrète que le filet mignon de porc.

Nous parlerons du ris de veau dans le chapitre "Abats"...

Boeuf








                                         
                                       




Voici enfin le moment de sortir vos Bordeaux rouges (faut bien qu'ils servent à quelque chose, non ?) ! Si le vin est plutôt jeune (style Planquette 2009, Jaugueyron 2008 ou encore le Clos du Pavillon), servez le simplement avec des pommes de terres sautées , s'il est plus évolué ( comme ce Bel Air Marquis d'Aligre 1986), vous pouvez ajouter des cèpes, voire le foie gras pour faire un tournedos Rossini ou un Boeuf Wellington.

Plus le vin sera riche, plus la viande devra être épaisse et tendre, afin qu'il y ait une belle mâche (rien de tel qu'une belle côte de boeuf ou une entrecôte très épaisse).

Pour les gens définitivement fâchés avec Bordeaux, on peut aller chez les voisins Bergerac, Duras et Marmandais, mais aussi Cahors (si pas trop tanniques), Irouléguy... Dans ceux que nous n'avons pas encore namedroppé, citons : l'Irouléguy d'Illaria, Sang Froid de Floréal Romero, Château Lassole, le Vignoble d'Elian, Château Jonc Blanc...

Agneau
                                                                                              
                                   
 


Il y a deux options en fonction de la cuisson de la bête :

s'il est cuit rosé, il faut privilégier un vin délicat afin de respecter la chair de la bête. Mais tout de même un peu sudiste pour les arômes de garrigue et de poivre. Par exemple : la Compagnon du domaine Lédogar (Corbières), Gran'T du Mas Foulaquier (Pic Saint Loup), Les Becs fins de Tardieu-Laurent (Côtes du Rhône), le Presbytère du Mas d'Alezon (Faugères)...




                       
                        




S'il est confit longuement, on peut envisager des vins plus puissants : Longo Maï 2006 (provence), Marginale de Terre des Chardons (Costière de Nîmes), Le Parvis 09 de Ferraton (Châteauneuf du Pape ), Felgaria de Cebène (Faugères riche en Mourvèdre), Au coeur de Ventabren de Piquebasse, les Amydives d'Olivier B (Côtes du Ventoux), Bandol India de Duperé Barrera...

Ce sera tout pour aujourd'hui. Bientôt, les gibiers...


Vous vous posez des questions sur les effets sur la santé d'une consommation  modérée de vin ?

Soyez rassurés, voici la page qui l'explique, cliquez ici

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

merci de laisser vos commentaires ici