les essentiels

pour tout ce qui a trait à la santé :
nous sommes très exigeants sur la qualité de nos références scientifiques :
- il faut que les études auxquelles nous faisons référence aient été publiées dans des revues scientifiques faisant partie des références de chaque catégorie, ainsi il faut les revues aient un Impact Factor de 5 ou supérieur et fasse partie des 10% meilleurs de chaque catégorie

De l'aveu même des scientifiques : peu d'études passent ces critères.

vous voulez en savoir plus sur notre méthode de sélection des études ? cliquez ici


jeudi 28 décembre 2017

ah, les vieux Tavel !

Oui, les Tavel vieillissent très bien !








Lorsqu'on déguste un rouge de 6 ans, est-ce que l'on s'attend à avoir les mêmes sensations, que la première année de vie en bouteille du vin ?

Lorsqu'on déguste un grand bourgogne blanc de 7 ou 8 ans, ou un grand Châteauneuf du Pape blanc, on sait que les arômes ne seront pas ceux d'un vin jeune.

Pour un Tavel, ce sera la même chose, alors entrainons-nous à reconnaître puis accueillir ces différences.
 On peut même dessiner les contours de plusieurs phases, dans la vie de ce cru méconnu des Rhône sud, pour sa capacité à bien vieillir :

1) première phase : les 2 premières années ou 18 mois d'un Tavel :
le vin est très fruité, beaucoup de fruits rouges, quelques fleurs, beaucoup de fraîcheur
C'est très souvent dans cette période, que la plupart des amateurs de Tavel consomment ce vin, par ignorance, pour la très grande majorité, de sa capacité à vieillir harmonieusement.

2) deuxième phase : de 3 à 4 ans, c'est la période de fermeture du vin où le vin est désuni, il n'est plus que l'ombre de  lui-même, très peu d'arômes et un net déséquilibre sur l'alcool,


3) 3ème phase : le vin est à nouveau ouvert, il a de 4 à 8 ans , et on prendra du plaisir à boire un vin sur le fruit. On y trouvera à nouveau, des fruits rouges, avec une dominante de fraise et cerise, et des fruits plus mûrs, que dans la première phase.
Petit à petit les arômes de fruits deviennent des arômes de fruits très mûrs, allant jusqu'à la décoction de fruits dans son âge mûr.
On a gagné en rondeur en bouche, et en complexité des arômes.
On sent de plus en plus le poivre noir et gris.
C'est la phase la plus intéressante du vin.
C'est à ce moment là que l'on pourra faire des accords mets et vins audacieux et originaux; en plus des accords classiques, avec ce vin d'une grande plasticité gastronomique.
De plus en plus de connaisseurs attendent ce moment, pour se délecter d'un bon Tavel.

4) 4ème phase : le vin a de 9 ans à 12 ans : on est toujours sur le fruit, mais les arômes de fruits s'estompent peu à peu, toujours dans le registre de la décoction de fruits. Puis apparaissent des traces d'eau de vie à noyau  (cerise), le vin est d'une grande suavité. Le poivre et d'autres épices sont très présentes (cardamome, muscade).

5) 5ème phase : le vin a de 13 ans à 20 ans : les fruits sont très éloignés, mais selon les vins, ils sont plus ou moins présents, les épices sont là aussi, le vin est rond, plein et donne toujours du plaisir à ceux qui osent ouvrir ce type de bouteille.

6) 6ème phase : de 21 ans à  35 ans et plus, dominante iodé et minérale avec des touches de sauce soja ou jus de viande, tout en donnant encore du plaisir aux dégustateurs qui acceptent de se laisser surprendre.

7) 7ème phase : de 36 à XXX ? ans.
Est-ce que le Tavel serait comme le Sauternes : quasi éternel ? Alors que l'auteur de cet article déguste chaque année des dizaines de Tavel de tout âge.
Aucun ne lui a fait regretter d'avoir ouvert la bouteille, cela a toujours été une belle histoire, même s'il avait plus de 40 ans.


En conclusion :
au plus les Tavel seront vieux, au moins il y aura de dégustateurs prêts à accepter des arômes et des toucher-de-bouche inconnus, pour la grande majorité.

Pourtant, cela reste une belle expérience de dégustateur, et d'amateur de bonnes choses.
Sachons accueillir ces différences, là aussi....




auteur : Fabrice Delorme







vendredi 22 décembre 2017

Champagne





Quelle belle région viticole !

Quelle réussite commerciale !


Les Champenois ont tout réussi :
- assoir un nom connu dans le monde entier, et synonyme de fête, de célébration, de moments heureux, dans beaucoup de langues du monde entier.
- maîtriser pendant des années, les quantités maximums de bouteilles produites, créant ainsi une sorte de pénurie au niveau mondial.
- attaquer en justice et gagner contre quiconque utiliserait le champagne, ou un nom dérivé, comme méthode champenoise pour un liquide alcoolisé.


Ils sont fiers de leur région et de leur nom, ils ont raison : il y a dans les champagnes de véritables merveilles de finesse et de complexité, qui vieillissent bien !

N'hésitez pas à chercher les champagnes de vignerons avec des cépages oubliés, ou des assemblages originaux, il y a beaucoup de petits vignerons courageux qui méritent votre attention.

Il y a aussi de grandes et belles maisons qui perpétuent une tradition d'excellence et un art de vivre à la française.



Tout cela mérite une belle coupe de champagne pour célébrer la beauté de la vie !


































NB : il n'y pas que des vins du niveau d'excellence du Dom Perignon,  il y a aussi hélas des champagnes sans intérêt, plus rarement pire que cela........