les essentiels

pour tout ce qui a trait à la santé :
nous sommes très exigeants sur la qualité de nos références scientifiques :
- il faut que les études auxquelles nous faisons référence aient été publiées dans des revues scientifiques faisant partie des références de chaque catégorie, ainsi il faut les revues aient un Impact Factor de 5 ou supérieur et fasse partie des 10% meilleurs de chaque catégorie

De l'aveu même des scientifiques : peu d'études passent ces critères.

vous voulez en savoir plus sur notre méthode de sélection des études ? cliquez ici


mardi 16 octobre 2012

coup de projo 3

De temps en temps nous parcourons la blogosphère vinique qui, comme le vin, est riche, dense et complexe et nous retenons un article qui nous a plu, et lui décernons notre "Coup de projo"

Cette fois c'est un copié collé partiel d'un article du toujours très intéressant site "missglouglou", cette fois ci c'est une partie de l'article sur les vins sud africains qui a attiré notre attention.

En effet, les choses changent aussi en Afrique du Sud, où le premier domaine dirigé par un noir, pardon homme de couleur, sort sa bouteille, et chose encore plus remarquable : il éduque sa communauté au plaisir de déguster le vin !

Voici la page en question en lien et ci-dessous : page du blog de Miss Glouglou, cliquez ici





Diale Rangaka, alias Oupa, Domaine M’Hudi


Son nom associe les noms de ses grands-pères maternel et paternel. D’où son surnom, « Oupa », qui signifie grand-père. Oupa à 60 ans. Et il est noir. Il est le seul Sud-Africain noir à tenir un stand à Vindaba et Cape Wine, qui réunissent plus de 300 domaines. En fait, il est le premier noir (et à sa connaissance, le seul) a posséder un domaine viticole. Un hasard. Cet ancien professeur de littérature anglaise rêvait de posséder une ferme avec des vaches. Après en avoir visité une vingtaine, il tombe amoureux d’une propriété et s’étonne de ses arbustes alignés : ce sont des vignes. Il décide alors de se lancer dans le vin. Est-ce que ce fut difficile de l’acheter ? « Oui. Très. Il y a toujours un a priori de la part des banques. Les blancs ont accès aux prêts plus facilement. Moi, j’ai dû hypothéquer ma maison. De plus, les noirs ne boivent pas de vin, ou peu. En tout cas, pas dans des salons. »
Oupa organise des « edutasting » pour la population noire. « Je réunis une quinzaine de personnes à la maison, pour expliquer le vin. Les cépages français font encore snob. Comme ils ne savent pas prononcer "cabernet sauvignon", il choisissent du shiraz. Simplement parce que c’est plus facile à dire ! Je leur réponds "Dites-le, le mot ne va pas vous mordre !". » Oupa déclare en savoir assez sur le vin pour pouvoir le vendre. Mais pas assez pour le vinifier. Il cultive sa vigne, achète des raisins d’autres propriétés et le fait vinifier et assembler dans la coopérative la plus proche. Puis il récupère les bouteilles et les vend. Il produit 600.000 bouteilles par an. Son domaine, M’Hudi (prononcez "Moudi") signifie le vendangeur  en Setswana.
Les vins que j’ai aimés :
M'Hudi Palesa, Sparkling sec : une pomme grany smith recouverte d'éclats de sucre. Un pétillant très "mignon".
Pinotage Reserve 2010 : Un vin soigné comme un écolier le jour de la rentrée des classe.


Bravo Miss Glouglou pour ce bel article.

Vous aussi vous n'osez pas monter une dégustation ? voici quelques outils pour vous y aider, cliquez ici
Vous vous posez des questions sur le vin et la santé ? soyez rassurés :
 cliquez ici  

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

merci de laisser vos commentaires ici