les essentiels

pour tout ce qui a trait à la santé :
nous sommes très exigeants sur la qualité de nos références scientifiques :
- il faut que les études auxquelles nous faisons référence aient été publiées dans des revues scientifiques faisant partie des références de chaque catégorie, ainsi il faut les revues aient un Impact Factor de 5 ou supérieur et fasse partie des 10% meilleurs de chaque catégorie

De l'aveu même des scientifiques : peu d'études passent ces critères.

vous voulez en savoir plus sur notre méthode de sélection des études ? cliquez ici


mardi 14 janvier 2014

Les 4 mousquetaires

Les 4 pionniers des AOC en France et peut être dans le monde, en 1936 :
Arbois, Cassis, Châteauneuf du Pape et Tavel 

Les AOC ou AOP (appellation d'origine contrôlée ou protégée) dans le vin, sont un système que beaucoup de pays ont imité et même ceux qui niaient l'existence d'un terroir, s'en inspirent maintenant, voir les USA avec les AVA (American Viticultural Area)


Certains en France trouvent que ce système AOC ou AOP est trop restrictif ou bien appliqué avec trop de zèle, c'est le problème de toute règle, qui ne prend jamais en compte la totalité de la complexité du monde qui nous entoure.

Au final ce qu'il faut faire c'est voir si dans leur ensemble les AOC dans le vin favorisent l'émergence de talents ou pas.

Loin de ce débat, nous voulions attirer votre attention sur les pionniers de ces AOC vins, qui ont été au nombre de 4, en 1936. Ce sont les premières appellations à avoir reçu l'AOC pour des vins !


Arbois, décret en ligne sur le site Legifrance, site de l'Etat 

Cassis, lien vers le décret 

Châteauneuf du Pape , lien vers le décret 


Tavel, voici le lien vers le décret d'appellation : décret en ligne sur le site Legifrance, site de l'Etat 


Les textes sont longs et parfois un peu techniques pour les béotiens, mais on peut en tirer quelques remarques sur :

1) les cépages 

a) d'Arbois (5 au total)
    vins blancs :
― cépages principaux : chardonnay B, savagnin B ; 
― Cépages accessoires : pinot noir N, poulsard N (appelé localement ploussard), trousseau N.
 Les vins rouges et rosés sont issus des cépages suivants :
― cépages principaux : pinot noir N, poulsard N (appelé localement ploussard), trousseau N ;
― cépages accessoires : chardonnay B, savagnin B.
b) de Cassis (13 au total)
   ― cépages principaux : clairette B et marsanne B , cinsaut N, grenache N et mourvèdre N ; ― cépages accessoires : bourboulenc B (dénommé localement « doucillon blanc »), pascal B, sauvignon B, terret blanc B et ugni blanc B. barbaroux Rs, terret noir N, carignan N

c) de Châteauneuf du Pape (18 au total)
    Les vins rouges et blancs sont issus des cépages suivants : bourboulenc B, brun argenté N (localement   dénommé vaccarèse), cinsaut N, clairette B, clairette rose Rs, counoise N, grenache blanc B, grenache gris G,  grenache N, mourvèdre N, muscardin N, picardan B, piquepoul blanc B, piquepoul gris G, piquepoul noir N, roussanne B, syrah N, terret noir N. 

d) de Tavel, décret du 16 novembre 2011 (15 au total)
     Les vins sont issus des cépages suivants : 

― cépages principaux : bourboulenc B, cinsaut N, clairette B, clairette rose Rs, grenache blanc B, grenache gris G, grenache N, mourvèdre N, piquepoul blanc B, piquepoul gris G, piquepoul noir N, syrah N ; 
― cépages accessoires : calitor N, carignan blanc B, carignan N. 


2) les rendements et les densités à l'hectare

a ) Arbois 
11 000 kg à l'hectare et 5 000 pieds à l'hectare sauf plantations en terrasse

b) Cassis
6 000 kg à l'hectare et 4 000 pieds à l'hectare

c) Châteauneuf du Pape
6 000 kg à l'hectare et 3 000 pieds à l'hectare

d) Tavel
8 000 kg à l'hectare et soit 3 500 pieds si c'est une taille en gobelet soit 4 000 en cordon de Royat




mardi 5 novembre 2013

Les accords mets et vin



C'est une grande tradition de la culture française que de chercher à accorder les mets et les vins.

Cette tradition est, en plus, salutaire pour la santé, car c'est lors des repas que le vin est le mieux assimilé et qu'il a le plus d'effets positifs, lorsqu'il est consommé modérément.

Cette assertion d'effet bénéfique sur la santé, a été de très nombreuses fois confirmée, par des études épidémiologiques très sérieuses, dans plusieurs pays.


Quant aux plaisir d'accorder un met et un vin, il est clair qu'un mauvais accord gâche le plaisir, à la fois de manger, et de boire un bon vin. D'où l'intérêt de se constituer une sorte de référentiel des bons et des mauvais accords.

Mais qu'est qu'un mauvais accord, un accord moyen, un bon accord et un accord excellent ?

Pour caractériser ces accords nous avons repris un barème de notes mis au point par Fabrice Delorme, un des membres des 4 Vérités sur le Vin.

Voici ce barème :


le barème des notes créé par Fabrice Delorme

niveau 1 : inférieur à 10,5 : très mauvais accord, goûts désagréables, le met et le vin se contrarient
niveau 2  : de 11 à 11,5 : mauvais accord, les goûts ne se contrarient pas mais les saveurs s’annulent, une sorte de trou noir gastronomique, sans création de saveur désagréable
niveau 3 : de 12 à 12,5 : accord moyen, les goûts ne se contrarient pas, les saveurs du plat ou de l’aliment, et du vin ne s’équilibrent pas et l’un prend le dessus sur l’autre 
niveau 4 : 13 à 14,5 : assez bon accord, le vin sert d’écrin au plat et le soutient de façon élégante 
niveau 5 : 15 à 15,5 : bon accord,  le vin et le plat entament une conversation équilibrée 
niveau 6 : 16 à 16,5 : très bon accord, les saveurs sont équilibrées, et on perçoit une saveur nouvelle qui dure très peu de temps
niveau 7 : 17 à 17,5 : excellent accord , les saveurs s’équilibrent , on identifie une saveur nouvelle qui dure assez longtemps
niveau 8 : 18 à 18,5 : accord proche du parfait avec création de deux saveurs nouvelles, belle longueur des saveurs, une des saveurs nouvelle domine les autres légèrement
niveau 9 : 19 à 19,5 : accord presque parfait avec création de deux saveurs nouvelles au moins, dont aucune ne domine l’autre et qui sont différentes de celles du mets et du vin dont les saveurs sont respectées

niveau 10 : 20/20 : l’accord parfait : il y a création d’une multitude de saveurs nouvelles, dont aucune ne domine l’autre et sont différentes de celles du mets et du vin dont les saveurs sont respectées







Vous voulez savoir quelles études scientifiques disent que le vin est bon pour la santé, lorsqu'il est consommé de façon modérée ? c'est ici, cliquez là












samedi 8 juin 2013

quizz sur le vin antique

les termes du vin dans les temps de la Gaule romaine, vous connaissez ?

voici un lien vers un article de l' INRAP ( Institut National des Recherches Archéologiques préventives)



cliquez ici pour accéder au Quizz 


ci après une image écran des différentes vidéos sur la vin dans l'histoire, de quoi vous mettre l'eau à la bouche .................


cliquez ici pour accéder aux vidéos sur le vin à l'ancienne 







vendredi 1 février 2013

pays exotiques

Le vin est universel, et s'il est partagé : on échange dessus, il alimente des discussions partout dans le monde. Comme le disait notre ami Jean Clavel, c'est un formidable lubrifiant social !

Voici quelques pays où nous avons eu la surprise de trouver des blogs sur le vin.
Si vous ne lisez pas la langue, n'hésitez pas à utiliser l'outil de traduction en ligne qui donne souvent des résultats amusants, mais qui permet d'avoir une idée de ce qui se dit







Chine

Wine China en anglais

Grape wall of China en anglais

Zhonguo-wine en anglais

un curiosité un site chinois qui a sa version en français
, amusant : CNTV

pas d'autre blog trouvé, une suggestion  ?









Serbie

Wine Hedonism

pas d'autre blog trouvé, une suggestion  ?               








picture taken from Wikipedia
Corée du Sud

blog.naver.com/paperchan 

http://blog.naver.com/inho3412

plus spécifiquement sur la cuisine coréenne (qui est une grande cuisine) :
http://blog.naver.com/pat2bach


















Si vous connaissez des blogs au Vietnam, Thaïlande , Japon ou tout autre pays, nous sommes preneurs des suggestions.



Vous voulez connaître les liens entre une consommation modérée de vin et la santé ? cliquez ici

mardi 15 janvier 2013

Dégustation 3ème partie

Lorsqu'on déguste il y a plusieurs phases :

1) analyse visuelle

2) analyse olfactive

3) analyse de la texture et confirmation du point 2)


Après avoir étudié comment déguster les vins et les différentes techniques, il nous faut aborder le choix du verre, en effet il s'agit de déguster avec un verre qui aura l'incidence la moins négative possible, voire mettra en valeur les qualités du vin pour la phase 2) ou analyse olfactive.

Quels sont les verres à proscrire pour sentir correctement les vins ?

Les verres qui auront une forme tulipe, seront trop évasés ou bien forme coupelle ou taste-vin.

Le taste-vin n'est pas adapté pour révéler les arômes, il sert juste à recevoir une petite quantité de vin qui sera ensuite dégustée et mise en bouche.

Voici les verres à proscrire, à notre humble avis :















Pour en avoir essayé beaucoup voici les verres que nous conseillons, pour leur polyvalence, car ils fonctionnent aussi bien sur les blancs, les rosés légers, les rosés plus structurés type Bandol ou Tavel, les rouges légers ou les rouges plus structurés :


1) le classique verre INAO , qui date un peu, mais rend toujours bien service :



2) le modèle expert de Spiegelau :






3) le modèle Arom Up de Chef et Sommelier, qui est un verre fabriqué en France :






Combien de vin mettre pour sentir les arômes correctement ?

 Entre 1/3 et 1/4 du verre cela devrait suffire. S'il le faut vous pouvez augmenter un peu, attention toutefois vous serez amenés à faire tourner le vin dans le verre, pour le deuxième nez. Veillez à ne pas trop en mettre non plus, sinon le vin débordera du verre.

Comment tenir le verre  ?
Surtout éviter le toucher le corps du verre, mais le prendre par le pied du verre, en effet toucher le corps du verre, va transmettre votre chaleur au verre, et au vin. Un vin qui est trop chaud ne se montre pas sous son meilleur jour, très souvent l'alcool ressort et masque les arômes.

A quelle température servir les vins ?

les blancs légers et le champagne d'entrée de gamme à 8° Celsius environ,
les blancs plus complexes et les champagnes vineux de 10 à 12°
les rosés simples autour de 8 °
les rosés plus complexes type Tavel ou Bandol : de 10 à 12°
les rouges simples de 14 à 16°
les rouges complexes de 16 à 18°

Comment faire pour avoir ces températures ?

de 8 à 10° C, la température d'un réfrigérateur est de 4 à 8 ° selon la température que vous aurez contrôlé, vous sortirez votre bouteille 10 ou 20 minutes avant de servir le vin
de 10 à 12° , il faudra attendre un peu plus, si la température monte trop, n'hésitez pas à rafraîchir la bouteille dans un récipient où il y aura de l'eau fraîche et quelques glaçons
de 14 à 16° c'est la température d'une cave ou d'un endroit frais enterré de préférence, pour bénéficier de l'inertie thermique de la terre ( à 2 mètres sous terre la température est constante : autour de 15°C)
de 16 à 18 ° il faudra sortir la bouteille d'une cave et la laisser remonter un peu en température.
Dans tous les cas il vaut mieux servir un vin un peu frais et le réchauffer dans on verre en tenant le verre dans ses mains.


Nous vous conseillons cet ouvrage, régulièrement réédité, pour approfondir la dégustation : Educvin, votre talent de la dégustation, par Jean Claude Buffin, et voici un lien vers sa description, cliquez ici


Si vous voulez retrouver nos fiches de dégustation et nos conseils pour une dégustation conviviale et réussie, allez sur cette page : cliquez ici



Si vous voulez apprendre la rétro-olfaction et approfondir votre connaissance des arômes, cliquez ici


Enfin, si vous vous posez des questions sur les liens entre une bonne santé et une consommation modérée de vin , cliquez ici










mercredi 2 janvier 2013

le vin patrimoine de notre humanité

Oui le vin fait partie de notre patrimoine, de nos racines de français et de citoyen du monde. Nous partageons cette vision, avec notre ami Jean Charles Tastavy, président de la bien nommée association : L'honneur du Vin.

Voici son texte et son appel auquel nous souscrivons des 2 mains  :

" l'Association pour l'Honneur du Vin est née en 2009 à la suite de l'odieuse attaque contre le vin de février 2009, essentiellement afin de répliquer à celle-ci, notamment sur le plan juridique... et cela avec quelque succès.

 Considérant que la manœuvre avait été élaborée dans un but d'aggravation fiscale, elle demeure très attentive à toute publication qui reprendrait la même méthode, c'est à dire l'interprétation "glissante" des rapports scientifiques nationaux ou internationaux.


 Elle pratique également la veille parlementaire de manière assidue.


Elle s'est aussi attachée à aborder des thématiques liées telles que celle des dangers de la "malbouffe", plus meurtrière encore, selon certains chercheurs, que le tabac.

 Parmi ses objectifs, l'un de ceux qui lui tiennent le plus particulièrement à cœur, reprenant ainsi une proposition de celui qui allait devenir son président et cela bien avant sa naissance, est, par simple ajout d'un article au code rural, le classement du vin, à l'instar du foie gras, au Patrimoine Culturel et Gastronomique Protégé en France.


 En mars 2011, au  travers d'une motion, cette proposition fut reprise à son compte par la Chambre d'Agriculture de l'Hérault (département où est situé le siège de l'association) puis par de grandes organisations nationales telles que l'Assemblée Permanente des Chambres d'Agriculture, la Fédération Nationale des Syndicats d'Exploitants Agricoles, les Jeunes Agriculteurs ou les Vignerons Indépendants de France.
 Ensuite, ce fut près de 200 parlementaires de tous bords et des deux chambres qui, au travers de diverses propositions de loi, tentèrent de donner corps à cette idée.
 Mais le projet ne fut même pas discuté.


Pourquoi ?


Qui peut nier que le vin fait réellement partie du patrimoine gastronomique et culturel de notre pays alors que sa présence sur notre sol est attestée depuis bien plus de 2000 ans ?
Qui s'est opposé sournoisement à ce que la reconnaissance de ce fait indiscutable soit reconnu ?

 Dernièrement, à nouveau, une centaine de députés ont déposé une proposition de loi qui ré-ouvre le débat...

Un défenseur du vin a pris l'initiative d'ouvrir une pétition en ligne.


 Nous invitons tous ceux qui mesurent l'importance d'une telle progression de statut pour le "divin breuvage" à signer cette pétition ici :
http://www.change.org/fr/pétitions/vin-patrimoine

 Et aussi, bien sûr, à la faire signer : toute abstention sera sans nul doute utilisée par les ennemis du vin comme une reconnaissance par défaut du fait qu'il n'est pas digne d'accéder au même statut que le foie gras.

 Un différentiel de dignité sur lequel il sera ensuite difficile de revenir !
Et une faille propice à de nouvelles attaques...

                                      Merci à tous,
                                                         les responsables de l'Association. "



Bravo Jean Charles et bravo l'association "L'Honneur du Vin".

Vous faites honneur au vin !